(English) Bernard Rancillac

(English) Bernard Rancillac

Bernard Rancillac est né en 1931 à Paris où il vie et continue de peindre. Il est l’ainé d’une famille de cinq enfants dont l’un, Paul, deviendra le sculpteur Jean-Jules Chassepot. Rancillac se classe lui-même dans la catégorie des peintres politiques. En effet, pour lui tous les évènements sont politiques et le peintre peut s’autoriser de détourner sans état d’âme des figures de Mickey, ‘Bloody comics’ 1977, ou des joueurs de jazz, ‘Miles penché’ 1997, pour véhiculer un message de contestation. Il considère que le peintre a vocation de s’enfouir au cœur de son époque pour transmettre son message plutôt que de tomber dans une expression egocentrique ou une pure recherche esthétique.

Rancillac bloody comics 1977

Il utilise les procédés de son temps afin de marquer la rupture avec l’histoire de la peinture qu’il juge sclérosante. La technique des ‘cartoons’ et ‘comics’ se retrouvent fréquemment dans son œuvre. C’est uniquement en ce sens qu’on peut dire qu’il y a proximité avec les artistes du Pop Art dont il utilise les moyens pour parvenir à son système figuratif. Il sollicite aussi largement les techniques photographiques et l’épiscope afin de créer une impression de grande profondeur de champ ; L’effet spectaculaire de ses plans fragmentés est renforcé par des apports de couleurs vives et de lumière qui génèrent une très forte présence. Rancillac privilégie les grands formats où il multiplie les éléments de tension ce qui force l’œil à se fixer sur les détails avant d’envisager une réconciliation de l’ensemble. Il procède parfois aussi à des collages et à l’adjoint de photos. Rancillac parvient à donner rythme et vitesse à ses toiles tout en préservant l’organisation spatiale de l’œuvre.

Rancillac section rythmique 1974

Il y a également une dimension cinématographique dans l’œuvre de Rancillac où l’image dynamisée, dramatisée est propice à une seconde lecture. Le résultat reste toujours construit et maitrisé mais sans l’inertie et la froideur des disciples du Pop Art. Si Rancillac est clairement un peintre du mouvement, la notion de temporalité, typique de le Figuration Narrative, est toute aussi présente : la célèbre toile, ‘ le dernier whisky’ 1960, est une bonne illustration de la proximité du Pop Art quant aux moyens déployés mais la charge émotionnelle, qui murmure un avant et un après à la scène d’adieu de ce jeune couple en bordure d’un aéroport, introduit l’observateur dans une perspective temporelle qui différencie les deux modes d’expression.

Avec le recul et la dissolution de la force des évènements à travers le temps on peut se demander si la dimension politique de l’œuvre de Rancillac n’est pas reléguée au second plan derrière la qualité et l’explosivité visuelle de son œuvre. Comme si le thème centrale redevenait la peinture avec en filigrane, la référence historique aux évènements dramatiques de l’histoire. Peut-être faut-il aussi rendre hommage à Rancillac d’avoir mis en avant son message de contestation au détriment de son intérêt personnel.

Rancillac réconcilie art et politique sans nous assommer de discours dialectique. La force de son œuvre réside dans l’option dont dispose l’observateur d’exercer à son gré une seconde lecture de l’œuvre. Qu’il le fasse ou non il subsiste un grand plaisir visuel.

Stefan Chaligne Art Blog Image - Rancillac 1960

One Response to “(English) Bernard Rancillac”

  1. www dit :

    Thank you for every other fantastic article. Where else may just anybody get that kind of information in such
    an ideal way of writing? I’ve a presentation next week, and
    I’m at the search for such information.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>